Les "verrues"

On nous a dit que la « politique des verrues » était terminées à l’hôpital Tenon. Les verrues ? Ce sont ces bâtiments construits dans les années 60-70 qui s’incrustent dans les constructions du 19ème siècle. La construction de BUCA permettra la destruction, après désamiantage, de l’actuel bâtiment des urgences (Charcot) et de celui de la radiologie (Joliot) implantés dans la façade rue de la Chine. Les services qu’ils accueillent vont être déplacés dans le nouveau bâtiment BUCA.
facade_tenon_1_p6280079 facade_tenon_2_p6280077 facade_tenon_3_p6280076 facade_tenon_5_p6280075
facade_plan
En haut à gauche, le bâtiment Joliot, en bas à droite le bâtiment Charcot (urgences).
plan_buca_2005plan_buca_2007_acces_urgences
Le plan de BUCA en 2005, à gauche : l’accès des urgences se faisait au carrefour Pelleport.
Le plan de BUCA en 2007, à droite : un petit bâtiment est ajouté le long de la rue Pelleport. Sa hauteur est d’environ 2 étages.
Déjà une nouvelle verrue ?         

Toitures végétales

Lors de la canicule de 2003, les locaux des maisons de retraite situés sous des toitures-terrasses sont restés plus frais lorsque la toiture-terrasse était végétalisée.
Dès 2006 notre association demandait à ce que les toitures-terrasses de BUCA soient végétalisées. La Mairie a relayé cette demande. Après avoir indiqué qu’il n’était pas favorable, pour des raisons d’esthétique, aux terrasses végétalisées, l’architecte en a concédé sur deux bâtiments, mais pas sur le bâtiment principal !

Sur cette photo de la maquette de BUCA, vous pouvez voir les deux toitures-terrasses végétalisées sur le bâtiment en haut à gauche et sur le bâtiment en bas à droite. Maquette vue du ciel P3220018
Il est utile de savoir que les terrasses végétalisées sont des produits standardisés proposés par les étanchéistes (voir, par exemple, celles conçues par Soprema, un fournisseur mondial de matériaux d’étanchéité).
Pourquoi ne pas faire des toitures-terrasses végétalisées sur tout BUCA ?
Les toitures végétalisées sont un produit industriel. Voir par exemple, la page du fournisseur international de produits d’étanchéité Soprema.         

Schéma directeur d’aménagement de l’hôpital Tenon

Au 19ème siècle, l’hôpital a été conçu avec un plan d’ensemble cohérent.

Le souci de cohérence semble s’être perdu. Un schéma directeur devrait permettre d’organiser :

la production de froid : centraliser la production permettrait des économies d’échelle, une plus grande facilité d’entretien.. au lieu de créer une unité de production à chaque construction d’un nouveau bâtiment ;

l’accès piéton à l’hôpital : prévoir un accès piéton principal unique au lieu de réaliser un hall d’accueil à chaque nouveau bâtiment… En effet, il existe déjà, dans le bâtiment Gabriel qui va être connecté à BUCA, un hall d’accueil de grandes dimension qui fera double emploi avec celui de BUCA ;

le parking automobile : planifier la réalisation d’un parking souterrain unique qui sera construit par tranches au fur et à mesure du développement de l’hôpital, au lieu de construire un nouveau parking indépendant, avec son accès propre, à chaque fois qu’on réalise un nouveau bâtiment ;

les emplacements pour la construction de bâtiments et l’aménagement de voies de circulation : l’arrière de l’hôpital, rue Pelleport, ne doit pas devenir le nouveau site d’implantation de « verrues » ;

un plan de liaison avec la banlieue et le reste de Paris : cet aspect fait nécessairement partie d’un projet hospitalier dont l’envergure dépasse le 20ème arrondissement.
Ce schéma directeur existe-t-il ?         

Réponses AP-HP

Dans un document établi début mai dont nous avons eu connaissance fin juin, l’AP-HP apportait des réponses partielles à certaines de nos questions. Nos remarques sont en italiques.
Démarche Haute Qualité Environnementale (HQE)

Passant en revue les 14 cibles, l’AP-HP indique y satisfaire.
Mais l’AP-HP ne connaît pas la démarche HQE puisqu’il ne s’agit pas seulement d’être au niveau « réglementaire ou de pratique courante » pour 14 cibles mais aussi :
– d’être à un niveau « performant » pour 4 d’entre elles,
– et à un niveau « très performant » pour 3 d’entre elles.

Cet aspect de la démarche HQE n’étant pas évoqué, les 8 pages de réponse de l’AP-HP ne sont que le point de départ pour l’application de la démarche HQE. L’AP-HP a besoin d’un bureau d’études spécialisé pour intégrer cette démarche. C’est ce que nous avions dit le 7 juin à M. LEMONNIER qui partait aussi du principe que d’ores et déjà le projet respectait la démarche HQE.

Trois cibles concernent la qualité sanitaire des espaces , de l’air, de l’eau. L’AP-HP estime naturellement être très performante sur ces points. Nous n’en doutons pas en ce qui concerne les problèmes bactériens. En est-il de même en ce qui concerne le choix des matériaux et des peintures, qui sont sources de pollutions importantes des espaces intérieurs ? Rien n’est dit sur ce point. Rappelons que dans les années 60-70, de nombreux bâtiments hospitaliers, y compris à TENON, ont fait l’objet de flocages à l’amiante alors que la nocivité de celle-ci était connue des médecins et démontrée scientifiquement depuis les années 50. L’AP-HP doit elle attendre des lois pour prendre en compte les connaissances des médecins ?

Pour plus de détails sur la démarche HQE voir le guide Bâtiment et démarche HQE de l’ADEME

Hauteur du bâtiment

Elle sera réduite de 1 m par choix d’un nouveau système de climatisation installé au 8ème et 9ème étage.
Stabilité de la fouille

Toutes précautions seront prise pour assurer la stabilité de la fouille réalisée après mise en oeuvre de la technique des parois moulées qui limite les risques de décompression des terrains voisins.
Climatisation

Une partie des espaces de BUCA est sensible relativement à la nécessité de climatisation et de renouvellement d’air :
– les blocs opératoires (7 salles),
– la stérilisation,
– les urgences,
– l’imagerie d’urgence (IRM, scanner, 4 salles d’examen),
– l’imagerie programmée (IRM, scanner, 11 salles d’examen),
– endoscopie (5 salles),
– réanimation,
– soins intensifs,
– soins continus.

Ces espaces représente le 1/3 des surfaces et consomment les 4/5 du froid, soit une puissance de compression de 600 kW qui, à elle seule entraîne obligation d’enquête publique. La puissance totale installée devrait être de 800 kW.
Les 102 chambres d’hospitalisation sont seulement rafraîchies de 3 degrés par rapport à l’extérieur.
Les bureaux et chambres de gardes sont seulement ventilés.
Pourquoi ne pas étudier la possibilité de rafraîchissement d’air par des systèmes de type « puits canadien » ou « puits franciliens », ce qui coûte peu et assurerait le confort du personnel de garde ?
Réserves du commissaire enquêteur

Voici les réserves du commissaire enquêteur et les réponses apportées par l’AP-HP.

1 – Faire de nouvelles mesures acoustiques du niveau sonore ambiant avant la construction.
        Ces mesures ont été faites le 21 avril 2007. Rappel : M. Lemonnier, directeur du patrimoine de l’AP-HP, nous a indiqué le 7 juin, qu’elles confirmaient les premières mesures, plus faibles, de mai 2006 qui seraient conservées.

2 – Pour comparaison, refaire ces mesures bâtiment construit et installations ne fonctionnant pas.
        Cela sera fait.

3 – Pour comparaison, refaire ces mesures bâtiment construit et installations en fonctionnement.
        Cela sera fait.

4 – Assurer le respect des normes acoustiques pour les installations existantes aujourd’hui.
        C’est en cours. Notamment, l’installation au pied du bâtiment Achard va être remplacée et de mesures acoustiques seront faites avant et après remplacement.

5 – Imposer des règles pour le chantier en ce qui concerne la pollution, le niveau sonore, le recyclage, l’hygiène et la sécurité.
        Pour limiter le bruit, usage de grignoteuses au lieu de marteaux-piqueurs et choix de matériels insonorisés. L’entreprise de gros oeuvre installera des capteurs sonores pour permettre de prendre des mesures correctives en cours de chantier.
        Les autres points seront imposés dans le cahier des charges.

Recommandations du commissaire enquêteur
Nous n’avons pas eu le temps de mettre en ligne ces points

Riverains

L’ADRHT est l’Association des Riverains de l’Hôpital Tenon. Elle s’est constituée à la suite de la réunion d’information du 15 juin 2006.

En premier lieu, elle s’est inquiétée
• des nuisances sonores liée au nouveau bâtiment :
     – climatisation de forte puissance en toiture,
     – accès des ambulances et des pompiers rue Pelleport au lieu de la rue de Chine.
• de la hauteur importante du bâtiment,
• de la sécurité des enfants des écoles rue Bretonneau, situées à proximité de l’accès ambulances

L’action de l’ADRHT a permis de révéler une « coquille » dans l’enquête publique sur la climatisation : les mesures du bruit ambiant actuel aurait été mal reportées dans l’enquête publique : 60 dB(A) au lieu de 40 dB(A). (à confirmer)

Pour tous renseignements, vous pouvez contacter …         

Intervention des élus

Conseil municipal du 10 et 11 juillet 2006

Intervention de Mme Giboudeaux, élue du 20ème :
• A-t-on cherché à limiter la puissance et les nuisances sonores de la climatisation ?
• Les exigences environnementales devraient être intégrées dans les projets des hôpitaux de Paris.
• L’architecte n’est pas favorable aux terrasses végétalisées, pour des raisons d’esthétique.

Intervention de M. Contassot
• Il semble que certains hôpitaux peuvent se passer de climatisation.

Intervention de M. Lhostis
• Certains équipements doivent être climatisés pour des raisons de sécurité sanitaire. Pazs forcément tout l’hôpital.
Télécharger le compte-rendu (voir p. 47 et suivante)

Conseil d’arrondissement du 13 mars 2007

Question de M. Bariani,
• Pourquoi n’avoir pas fait d’enquête publique au sujet de la construction de BUCA ? Cela a été fait à Broussais et Necker.
• Pourquoi la Mairie du 20ème dit-elle que tout dépend de l’AP-HP alors que celle-ci prétend que le projet a été conçu en accord avec la Mairie ?
• Pourquoi un bâtiment aussi haut ?

Voeu de M. Arajol
• Le Maire du 20èmepeut organiser une enquête publique au sujet du bâtiment BUCA.
• Le Maire de Paris est président du conseil d’administration de l’AP-HP. La ville n’est pas impuissante face à l’AP-HP.

Réponse de M. Deroff
• L’AP-HP n’est pas dirigée par son conseil d’administration mais par son directeur général nommé en conseil des ministres et dépendant du ministère de la Santé.

Réponse de Mme Giboudeaux
• La concertation, c’est prendre des avis. Une enquête publique retarderait le projet.
• L’AP-HP a informé la Mairie du projet en janvier 2004.
• La conception verticale de l’hôpital répond au besoin de limiter les déplacements horizontaux en favorisant l’usage de l’ascenseur, plus rapide.
• La mairie du 20ème n’a pas été associé au jury qui a choisi le projet.
• Depuis la finalisation du projet en 2006, la Mairie agit pour l’insertion dans le site : création d’ouvertures sur une façade aveugle place Paul Signac, demande de réunions d’information et d’exposition d’une maquette, toitures végétalisées

Intervention de M. Delamare
• Pourquoi refuser une enquête publique ?

Réponse de Mme Giboudeaux
• Il faut faire une concertation mais pas une enquête publique qui réexamine le bien fondé et le volume du projet

Intervention de M. Arajol
• L’article 123-1 du code de l’Environnement permet au maire du 20ème de demander une enquête publique.

Réponse de M. Charzat
• Ce n’est pas au maire du 20ème de faire appliquer le code de l’Environnement.
• Il n’est pas possible de retarder le projet de 3 mois pour plaire à des riverains qui s’inquiètent de la perte de valeur de leur patrimoine immobilier

L’enquête publique n’est pas votée par le conseil d’arrondissement.
Télécharger le compte-rendu (voir p. 20)

La concertation n’a jamais été organisée. Notre pétition qui la demande a recueilli plus de 1000 signatures d’habitants du 20ème. Cette demande sera examinée lors du conseil d’arrondissement du 3 juillet 2007

Données sur BUCA

Pour les données médicales, reportez-vous à la présentation de l’AP-HP.
• hauteur du bâtiment : R+9 soit 10 niveaux avec 3 niveaux de rez-de-chaussée et 2 niveaux de sous-sol (voir poster_2)
• superficie : 30 000 m2 de SHON (surface hors oeuvre nette)
• réception des réponses à l’appel d’offres de construction : 31 juillet 2007
• début des travaux : 2ème semestre 2007
• durée des travaux : 39 mois
• ouverture : 2010
• 86 places de parking

• personnel prévu : 500 personnes
• 102 lits de chirurgie
• 20 lits de réanimation
• 14 lits de surveillance continue
• 6 lits de soins intensifs.

• nombre de passages aux urgences en 2005 : environ 40 000

HOPITAL TENON

• surface du terrain : 5.22 ha
• personnel de l’hôpital en 2005 : environ 3200 équivalents temps-plein dont 812 de personnel médical.         

Liens

La page d’information de l’hôpital TENON sur BUCA : accessible début juin, elle n’existe plus aujourd’hui. Y étaient présentés les deux panneaux d’information sur BUCA que vous pouvez examiner : poster_1 et poster_2.

Vous pouvez aussi consulter les panneaux d’information présentés en 2005 : info_1_2005 et info_2_2005 (scannés à partir d’impressions remises par le service communication de l’hôpital Tenon).
Données administratives sur l’hôpital Tenon par l’AP-HP.
L’architecture hospitalière, par l’AP-HP.

Un peu d’histoire de l’hôpital Tenon.